American dirt

American dirt

Jeanine Cummins

Philippe Rey

  • par (Libraire)
    13 septembre 2020

    Un livre miroir de notre époque

    Vendu à près d'un million d'exemplaires aux Etats-Unis, "American Dirt" est précédé d'une réputation de soufre. Don Winslow l'a qualifié de "Raisins de la colère de notre temps"... Comparaison pertinente car à l'instar de l'oeuvre phare de Steinbeck, on tourne les pages de ce livre sociétal avec angoisse, comme sous l'adrénaline d'un bon thriller...
    L'héroïne Lydia, libraire passionnée, est confrontée à l'assassinat de toute sa famille par des narcos mexicains. Le problème est que le chef du cartel n'est autre qu'un client devenu ami très proche... ce qui ne l'empêche pas de commanditer le meurtre de son mari, coupable en tant que journaliste de l'avoir provoqué de sa plume. 16 morts au final...
    La survivante Lydia, accompagnée de son jeune fils Luca, décide de partir aux Etats-Unis pour échapper au contrat sur leurs têtes. C'est là que le livre prend toute sa puissance. Il décrit par le menu la route d'enfer que suivent les migrants latinos qui veulent entrer dans "l'Eldorado américain". Impossible de faire confiance. Meurtres, viols, tous les coups sont permis. Impossible encore de ne pas se faire dépouiller de son argent, sans oublier la jungle des passeurs. "American Dirt" interroge sur les valeurs de nos sociétés et sur la place des migrants, sur l'inhumanité. Concentré de violence, il constitue une grosse claque pour le lecteur ! Alors propos dévoyé et incohérent comme l'a récemment souligné un manifeste d'intellectuels mexicains ? Un livre à découvrir assurément !


  • par (Libraire)
    12 septembre 2020

    Quand tout s'écroule brutalement autour d'elle, Lydia n'a plus qu'une solution: fuir au plus vite en comptant sur le courage et la confiance absolue de son fils de 8 ans.
    Un roman coup de poing!


  • par (Libraire)
    2 septembre 2020

    Un roman remarquable !

    Une épopée moderne bouleversante sur la fuite d'une mère prête à tout pour protéger son fils.
    Un roman remarquable sur l'exil, la migration, avec un suspens magistral !!!


  • par (Libraire)
    1 septembre 2020

    sur le dos de "la Bestia"

    Lydia, après un drame familial fuit Acapulco avec son fils sur le dos de "la Bestia".
    Migrants, narcotrafiquants, violences, peurs : un superbe cocktail pour un bon polar, mais ce roman n'en n'est pas un !
    C'est le récit d'une fuite urgente et dangereuse pour se sauver. Mais c'est aussi, des histoires de femmes.
    Roman addictif !


  • 31 août 2020

    American Dirt, Jeanine Cummins, Philippe Rey

    American Dirt, Jeanine Cummins, Philippe Rey

    Cachés dans la douche, Lydia et son fils Luca (8 ans) assistent impuissants au massacre de toute leur famille réunie pour fêter les 15 ans d’une nièce dans leur maison d’Acapulco. Seize victimes consciencieusement liquidées par le Cartel de la drogue, seul susceptible d’utiliser des méthodes aussi violentes. Pour Lydia et son fils il n’y a pas d’autre choix que de fuir vers le Nord, avec l’espoir de rejoindre les Etats-Unis. Echapper coûte que coûte à Javier (le chef du Cartel) que Lydia -qui comprend que sa tête est désormais mise à prix- connaît bien. Commence alors pour cette mère et son fils une course folle, terrible errance le long des voies de chemin de fer où passe « La Bestia », le train qu’empruntent, comme eux, les migrants venus de toute l’Amérique Latine qui veulent gagner la frontière. Un voyage sans retour possible, où la colère, la peur et l’angoisse sont de puissants moteurs.

    American Dirt est un véritable page-turner. Un récit hypnotique qu’on ne peut lâcher, qui se lit « physiquement » tant l’empathie que nous éprouvons pour ce duo est grande.


  • 27 août 2020

    migrants

    Ce roman vous projette au Mexique, à Acapulco, ancienne riche cité balnéaire devenue la proie du cartel des Jardineros.

    Lydia est libraire est mène une vie calme avec son mari journaliste Sebastián et leur famille, jusqu’au jour où Sebastián, s’apprêtant à révéler dans la presse l’identité du chef du principal cartel, apprend à Lydia que celui-ci n’est autre que Javier, un client érudit et délicat avec qui elle s’est liée dans sa librairie…

    La parution de son article, quelques jours plus tard, bouleverse leur destin à tous.

    Contrainte de prendre la fuite avec son fils de huit ans, Luca, Lydia se sait suivie par les hommes de Javier.

    Ils vont alors rejoindre le flot de migrants en provenance du sud du continent, en route vers les États-Unis, devront voyager clandestinement à bord de la redoutable Bestia, le train qui fonce vers le nord, seront dépouillés par des policiers corrompus, et menacés par les tueurs du cartel…

    En chemin, ils rencontreront Soledad et Rebecca, honduriennes dont la beauté leur a créé des ennuis.

    S’ajouteront Beto, garçon asthmatique sans ventoline, et le problématique Lorenzo, ex-narcos des Jardineros qui déclare fuir le cartel, mais rattrape toujours Lydia et son fils.

    Nous fuyons avec eux dans les rues d’Acapulco, nous cachons dans les rues, montons sur la Bestia au péril de notre vie, trouvons refuge dans des asiles pour migrants le long de la route, sommes rançonnés par des policiers (mais est-ce qu’ils sont vraiment policiers ou à la solde d’un cartel ?).

    Nous sommes effrayés avec eux lorsqu’ils n’arrivent pas à monter à bord de la Bestia, certains mutilés pour toujours, nous avons peur avec eux lorsque les policiers emmènent les deux jeunes filles, nous angoissons avec eux dans l’attente du coyote qui les fera franchir la frontière, nous sommes perdus en plein Mexique, sans carte pour se repérer, nous nous fions aux rumeurs sur les destinations des trains.

    J’ai aimé Lydia, sa fureur de vivre, son attachement viscéral à son fils.

    J’ai aimé son fils, Luca, passionné de géographie, de façon encyclopédique.

    Les morts de la famille de Lydia sont toujours présents avec eux.

    Un roman dans lequel tout le monde va vers l’avant, ils n’ont pas d’autre choix.

    Un roman qui parle des femmes et des enfants dans cette terrible épreuve vers un pays moins violent.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la casquette rouge de Luca qu’il ne quitte jamais, dernier souvenir de son papa.

    https://alexmotamots.fr/american-dirt-jeanine-cummins/


  • par (Libraire)
    22 août 2020

    Coup de coeur de Laëtitia

    Lydia, libraire, mène une vie tout a fait paisible à Acapulco, ville touristique mexicaine. Et pourtant, tout bascule le jour où son mari journaliste et quinze autres membres de sa famille sont exécutés par les tueurs du cartel. Commence alors une cavale à travers tout le pays pour rejoindre "El norte", les Etats-Unis, avec son fils de 8 ans, Luca.
    Dès les premières pages, la tension dramatique nous emporte dans la fuite éperdue de cette mère et de son fils, qui devront faire face à toutes les épreuves et tous les dangers que subissent les migrants, fuyant par centaines les pays d'Amérique du Sud et la terreur des cartels de la drogue. Un roman à la fois plein d'espoir, poignant et actuel, sur une violence folle vécue par des milliers d'êtres humains dans le monde.
    Librairie la Promesse de l'Aube


  • par (Libraire)
    7 août 2020

    Ils sont de ces mots difficiles à manier tant ils sont synonymes de tensions... Frontières... Migrants... A travers son roman, Jeanine Cummins réussit à aborder ces problématiques dans une odyssée puissante et touchante.

    Lydia, libraire à Acapulco, se voit obliger de fuir avec son fils, traqués par les assassins de son mari, les membres du violent cartel de sa région “Los jardineros”. La cause ? Son compagnon, journaliste, a enquêté et écrit sur cette mafia et ses agissements. N'ayant alors que deux choix, la fuite ou la mort, ils prennent la direction du nord du Mexique afin de passer aux États-Unis, la peur au ventre. Ces deux êtres rejoignent d'autres âmes brisées, ceux qu'on appelle “migrants”, fuyant pauvreté et violence, en route vers un ailleurs qu'ils espèrent meilleurs. Mais le chemin est rude et la frontière un point de crispation d'un monde déshumanisant.

    La force de l'autrice est là, redonner visage et sentiment à ceux qu'on préfère présenter comme des masses. Usant des pouvoirs de la fiction, elle entremêle magnifiquement l'intimité d'une mère et son fils, la solidarité entre ses personnages face à une société en proie à un mal profond et l'universalité d'un sujet plus proche qu'on ne le croit. Bouleversant.


  • par (Libraire)
    23 juillet 2020

    «De ce côté aussi, il y a des rêves.»

    J'ai été happée par l'histoire de Lydia, cette libraire mexicaine sans histoires qui se retrouve dans la peau d'une fugitive avec son fils de huit ans. Suite à un drame, elle doit fuir le Mexique et les narcos pour passer la frontière américaine. Lydia et le lecteur découvrent le quotidien et la condition de migrant, de sans-papier. On tremble, on a peur avec elle, on se dit : mais qu'est-ce que je ferais à sa place ? serais-je aussi courageuse ? Lydia apprend à vivre au jour le jour, elle va vivre des situations horribles mais elle va également faire d'heureuses rencontres.
    Ce livre est un pendant des romans de Don Winslow (Cartel, La griffe du Chien), qui met en avant le point de vue des victimes, sans aucun voyeurisme.
    Ce n'est absolument pas une lecture-détente. Si vous lisez pour vous vider la tête, passez votre chemin. Mais si, l'espace d'un instant, vous éprouvez l'envie de connaître la vie de personnes dont l'existence ne vaut rien pour beaucoup d'entre nous, vous trouverez dans ce roman de quoi vous ouvrir les mirettes.