Songe à la douceur

Songe à la douceur

Clémentine Beauvais

Sarbacane

  • par (Libraire)
    28 mai 2018

    Coup de coeur du Passage Culturel

    Quel plaisir d'ouvrir cette rubrique jeunesse avec un coup de cœur d'une telle intensité !
    Et pourtant, et pourtant...sur le papier ce roman s'annonçait quelque peu exigeant. Rendez-vous compte, une libre réécriture contemporaine d'un chef d’œuvre de la littérature russe, l'Eugène Onéguine de Pouchkine et en vers libres, s'il vous plaît !
    Autant vous dire que Clémentine Beauvais, attendue au tournant après son très plébiscité Petites reines (par ailleurs en cours d'adaptation cinématographique) ne se laissait pas gagner par la facilité ! Et force est de constater qu 'elle remplit le challenge haut la main !
    Tatiana retrouve Eugène par hasard dans une rame du métro, dix ans après une histoire d'amour ratée lorsqu'ils étaient adolescents. Tatiana était alors tombée sous le charme du jeune homme mais celui-ci, du haut de ses trois années de plus, l'avait finalement snobée, se moquant de son attirance. Un drame avait fini par les séparer durablement. Et aujourd'hui, on dirait bien que la situation s'est quelque peu modifiée... La jeune femme repoussée hier semble bien exercer une forte attirance aujourd'hui.
    Mais leur amour adolescent peut-il renaître à l'âge adulte ? En dix ans, et notamment au fil des ces années-là charnières, les destins de chacun prennent parfois des chemins éloignés...
    C'est drôle, intelligent, poétique, émouvant et terriblement juste. Un vrai bijou littéraire !


  • par (Libraire)
    31 décembre 2016

    Songe d'un amour d'été

    Quand ils se rencontrent, Tatiana a quatorze ans, Eugène en a dix-sept. Elle a grandi bercée par des romans d'amour qu'elle rêve de rejouer en secret, il est habité par un spleen baudelairien et se prend pour un adulte. Elle l'idéalise, l'aime, le lui déclare, il la rejette pour une raison futile. Et ce n'est bientôt plus un roman d'amour qui se joue, mais une véritable tragédie grecque, quand le meilleur ami d'Eugène, Lensky, perdu pour l'amour de la sœur de Tatiana, la belle Olga, se tue par accident, séparant les deux âmes romantiques une première fois.
    Dix ans plus tard, Eugène croise Tatiana par hasard dans le métro. Il tombe amoureux d'elle au (presque) premier regard, et en fait rapidement une obsession. Rongé de regrets, il fait tout pour séduire la belle, qui s'y refuse, évidemment. C'est désormais elle l'adulte, et lui qui se conduit comme un enfant.
    Ce texte est un hymne à l'amour et à la poésie. Tatiana est une amoureuse de l'amour plus que de son objet. Prête à tout lui sacrifier quand elle n'est encore qu'une enfant, elle devient une héroïne moderne en s'y refusant finalement, au nom d'elle-même et de ses projets, de ses envies, quand Eugène, lui, n'a pas su échapper à son destin ; il vie une vie monotone, enfermé dans la routine du quotidien qu'il s'était juré de ne jamais s'infliger adolescent.
    Songe à la douceur, c'est l'éternel drame amoureux de ceux qui ne parviennent jamais à s'aimer autrement qu'en perpétuel décalage. Clémentine Beauvais n'invente rien, mais elle réinvente à la perfection, en nous proposant cette relecture d'Eugène Onéguine, dans une version modernisée où les déclarations d'amour se font par messages électroniques. Fidèle à l'esprit du chef-d'oeuvre d'origine, elle écrit en vers, et ponctue parfois le texte d'exercices de styles qui ne font qu'ajouter à sa beauté sans jamais en entraver la fluidité : c'est un roman qui se lit comme un poème, un poème qui se lit comme un roman. 


  • par (Libraire)
    26 décembre 2016

    Que sont nos amours devenues ?

    A 14 ans et 17 ans, Tatiana et Eugène se sont rencontrés. Une histoire d'amour avortée. 10 années plus tard, ils se retrouvent dans le métro, par hasard ...
    Une relecture moderne de la littérature romantique, tellement juste qu'on y laisse un peu de soi. Fondez, à votre tour, pour cette belle histoire d'amour !
    Carole


  • par (Libraire)
    24 novembre 2016

    "Parce que leur histoire ne s'était pas achevée au bon endroit, au bon moment, parce qu'ils avaient contrarié leurs sentiments, il était écrit, me semble-t-il, qu'Eugène et Tatiana se retrouvent dix ans plus tard [...]."

    Il y a des livres qui font aimer les livres. Eh bien en voici un.
    Tatiana et Eugène, Eugène et Tatiana, c'est beau non? Plein de promesses.
    Après 10 ans de séparation ils se croisent par hasard dans le métro parisien.
    Telle la résurrection du phénix au milieu de ses cendres, leur amour renaît des souvenirs de leurs adolescences.
    Venez les observer à travers le judas, leur danse pour se trouver, se retrouver surtout.

    Un magnifique roman, la musicalité est indéniable, les vers superbes.
    Je manque de superlatifs.
    Maintenant, futur lecteur conquis, je n'ai plus qu'à t'inviter à lire leur histoire.

    Allez n'hésite plus, ouvre-moi ...

    Dès 13 ans


  • par (Libraire)
    11 novembre 2016

    Un roman incontournable de la rentrée littéraire ado 2016, l'adaptation magnifique d'Eugène Onéguine de Pouchkine. Il est poétique par son écriture en vers libres et original par sa mise en page évoquant avec justesse les sentiments d'Eugène et de Tatiana à l'adolescence et à l'âge adulte. Une Pépite !


  • par (Libraire)
    7 octobre 2016

    « Parce que leur histoire ne s’était pas achevée au bon endroit, au bon moment, parce qu’ils avaient contrarié leurs sentiments, il était écrit, me semble-t-il, qu’Eugène et Tatiana se retrouvent dix ans plus tard. »
    Ainsi débute cette romance résumée en quelques mots.
    Hommage à Eugène Onéguine de Pouchkine et à l’opéra éponyme de Tchaïkovski, l’originalité de ce livre réside dans sa composition en vers libres.
    Un roman plein de douceur.


  • par (Libraire)
    29 septembre 2016

    Qui n'a jamais rêvé de retrouver son amour de jeunesse ?

    C'est ce qui arrive à Eugène et Tatiana, dix ans après leur rencontre.
    Elle avait 14 ans et lui 17. Elle était rêveuse, timide et romantique. Lui, dandy et prétentieux.
    Deux histoires d'amour parallèles: d'ados et d'adultes.
    Le hasard de cette rencontre dans le métro parisien fait ressurgir les souvenirs et les obligent à remettre leur vie et leurs choix en question. Vont-ils craquer et sauter le pas ?
    Un joli roman d'amour, drôle et original : TOUT EN VERS ! On adore !
    De 13 à ... ans !


  • par (Libraire)
    29 septembre 2016

    Une histoire d'amour romantique et connectée

    Un beau titre + une inspiration classique (Pouchkine) + une écriture très originale + de l'humour = une magnifique histoire d'amour !!!
    Un livre idéal pour nos ados romantiques vivant à l'heure d'internet - car on peut être connecté et romantique.
    À partir de 13 ans mais aussi pour les adultes !


  • par (Libraire)
    19 septembre 2016

    Clémentine Beauvais revisite "Eugène Onéguine" de Pouchkine avec fougue et génie. Si elle change le contexte, en situant son roman de nos jours à Paris, elle garde la forme, en nous livrant un texte en vers. L'exercice est réussi avec brio et nous prouve que les histoires d'amour traversent les siècles.
    Lire en vers n'a jamais été aussi jubilatoire et moderne !
    Aude.

    Tatiana+Eugène = une époustouflante claque littéraire !
    Hugo.


  • par (Libraire)
    13 septembre 2016

    Un roman incontournable de la rentrée littéraire ado, l'adaptation magnifique d'Eugène Onéguine de Pouchkine. Il est poétique par son écriture en vers libres et originale par sa mise en page évoquant avec justesse les sentiments d'Eugène et de Tatiana à l'adolescence et à l'âge adulte. Une pépite !


  • par (Libraire)
    8 septembre 2016

    Coup de coeur d'Aurore

    Une romance délicate, qui évoque deux histoires d'amour : celle d'Eugène et Tatiana à l'adolescence et à l'âge adulte. Un roman tout en douceur et particulièrement poétique par son écriture en vers et sa mise en page originale, qui évoque avec justesse les sentiments des deux protagonistes.

    Une plume lyrique qui saura vous surprendre et vous étonner.


  • par (Libraire)
    1 septembre 2016

    "Songe à la douceur", c'est le récit d'une histoire d'amour en pointillés entre Tatiana, la rêveuse romantique, et Eugène, le dandy mélancolique... Un roman à la thématique maintes fois développée, qui pourrait être ordinaire, mais qui est en réalité l'inverse grâce à la plume de Clémentine Beauvais. Elle nous propose un livre hybride entre la poésie et le théâtre, au ton vif marqué d'humour !
    Une petite perle !


  • par (Libraire)
    1 septembre 2016

    Conseillé par Coralie

    Clémentine Beauvais tente le pari fou de remettre au goût du jour le célèbre Eugène Onéguine de Pouchkine. L'histoire ? L'amour passionné de Tatiana pour l'ami du copain de sa soeur, l'histoire d'une vengeance et le souvenir d'une adolescence riche, frémissante et disposée à l'ouverture et aux questionnements. Ce roman en vers (oui, elle a osé !), Clémentine Beauvais le transpose dans le Paris d'aujourd'hui. Eugène et Tatiana se retrouvent dans le RER en partant travailler, rien de plus classique. Pourtant, ce hasard est-il le prétexte pour tout recommencer, pour enfin comprendre ce qui s'est passé des années auparavant ? Un magnifique roman d'amour, terriblement ancré dans la réalité et le monde d'aujourd'hui, un poème d'une grande douceur.


  • par (Libraire)
    28 août 2016

    Coup de cœur roman !

    "Parce que leur histoire ne s'était pas achevée au bon endroit, au bon moment,
    parce qu'ils avaient contrarié leurs sentiments, il était écrit, me semble-t-il, qu'Eugène et Tatiana se retrouvent dix ans plus tard,
    sous terre,
    dans le Météor, ligne 14 (violet clair), un matin d'hiver."

    Eugène et Tatiana se retrouvent dans le métro, dix ans après s'être perdus de vue. L'adolescente rêveuse et timide s'est épanouie, et le jeune homme prétentieux et sûr de lui s'est assagi... Leurs retrouvailles les frappe en pleine face, et les souvenirs tragiques d'une époque oubliée remontent en même temps qu'une passion dévorante.

    Clémentine Beauvais, auteure de "Les Petites Reines", nous offre ici un magnifique roman d'amour, adaptation moderne de "Eugène Onéguine" (roman de Pouchkine et opéra de Tchaïkovski). L'écriture originale en vers libres n'empêche pas une lecture fluide et prenante, bien au contraire ! Une fois commencé, il est impossible de reposer ce roman avant la fin... A lire de toute urgence !

    A partir de 14 ans.
    Camille


  • 11 juillet 2016

    Conseillé par la Librairie Sorcière Croquelinottes à Saint-Étienne

    J’ai le cafard de la fin et le stress de la chronique.

    Le cafard de la fin, parce qu’en refermant le dernier livre de Clémentine Beauvais, je viens de dire au revoir à une sublime histoire d’amour, fabuleusement racontée. Et déjà s’empare de moi la nostalgie de l’écriture talentueuse de l’auteure, la nostalgie de cette sorte de connivence qu’elle a créée avec moi, lectrice. Je dois accepter de laisser s’éloigner Eugène et Tatiana, les personnages avec lesquels j’étais, au cours de la lecture-magie, en si grande proximité.

    Le stress de la chronique, parce que je sais d’avance que mes mots ne pourront dire mon plaisir et mon admiration de lectrice.

    A la lecture très enthousiaste de ses précédents romans, "Comme des images", "Les petites reines", j’ai senti comme tant d’autres un talent unique, une rare amplitude artistique chez Clémentine Beauvais. Non seulement elle crée des romans « jepeuxpaslelacher », non seulement elle se renouvelle à chaque publication, mais en plus, elle renouvelle le genre. Je ne peux pas dire mieux.

    Il faudrait être bien peu clairvoyant pour ne pas voir monter le raz-de-marée littéraire et médiatique qui va finir de propulser Clémentine Beauvais au sommet des écrivains. Amie de Clémentine je suis, amie je demeure. Et pour étendre cette amitié, j’attends la sortie du livre, au mois d’août, pour pouvoir offrir "Songe à la douceur" à tous ceux à qui je veux du bien.

    ClaireD (chavirée), Librairie Sorcière Croquelinottes à Saint-Étienne