Seuls les enfants savent lire
EAN13 : 9782251448862
ISBN :978-2-251-44886-2
Éditeur :Les Belles Lettres
Date Parution :
Nombre de pages :162
Dimensions : 19 x 12 x 1 cm
Poids : 170 g
Langue : français

Seuls les enfants savent lire

Un charmant essai sur la mémoire que l'auteur, brillant médiéviste, garde de ses lectures enfantines.
Ce livre est une plongée dans les lectures de mon enfance : livres de classe, romans pour enfants ou que j’ai lus enfant, contes, poèmes.
L’amour des livres est un amour d’enfance. Non seulement l’enfant a des impressions plus vives, mais il comprend avec une pénétration instinctive qu’il perd en devenant adulte. Même ce qu’il ne comprend pas, il le comprend mieux que quand il le comprendra. Seuls les enfants savent lire.
Michel Zink n'est pas qu'un grand médiéviste, académicien et professeur au Collège de France ; il est aussi un grand enfant, capable de raviver des impressions profondes de lecture de ses manuels scolaires et de romans d'aventures, lus avec ignorance et passion, innocence et identification.
Un récit émouvant, sincère, où ce médiéviste académicien remonte à cloche-livres vers ses premières années. De ses manuels d'école aux contes, il découpe la ribambelle de ses lectures. [...] « L'amour des livres, écrit-il, est un amour d'enfance. ». Il en fait la très douce démonstration.
Le souvenir très précis qu'en garde aujourd'hui encore le médiéviste prouve les résonances indélébiles que ces lectures, ouverture sur le vaste monde à l'heure où l'enfant reste largement scotché à son foyer, ancrent dans les âmes enfantines. On ne devrait qu'en tremblant choisir les livres qu'on remet entre les mains d'un enfant : car ce sont en réalité les clés de l'univers qu'on lui procure, qui lui ouvriront des portes qui ne se refermeront plus.
Michel Zink est ce nouvel immortel élu au siège de René Girard. Son œuvre de médiéviste est plus que remarquable, son discours de réception est un modèle d'intelligence et d'esprit — et ses souvenirs de lecture d'enfance sont délicieux. Non pas qu'il ait lu des livres remarquables mais il tire de ses manuels de classe et des bibliothèques familiales qu'il fréquenta des enseignements originaux, des vérités profondes, une morale du lecteur, pour ainsi dire, bref un essai tout en finesse où s'élabore une théorie de la lecture enfantine, de ses intuitions, de sa sensibilité.
Un grand médiéviste se penche sur son passé. Cette plongée dans les manuels scolaires, contes et romans d’aventures qui ont accompagné son enfance ravive des émotions et des impressions profondes.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.