Fugues
EAN13 : 9782715249981
ISBN :978-2-7152-4998-1
Éditeur :Mercure de France
Date Parution :
Collection :Traits et portraits
Nombre de pages :192
Dimensions : 21 x 20 x 1 cm
Poids : 340 g
Langue : français

Fugues

De

«J’avais quinze ans, et un mois plus tôt j’avais fugué. Ça avait été beaucoup plus simple que je ne le croyais. On était à l’aéroport de Pointe-à-Pitre, pour rentrer à Paris, et j’avais fermement pris ma décision. Deux jours avant, il s’était passé une chose prodigieuse et après cette chose je ne pouvais plus revenir en arrière.» Arthur H signe ici un bouleversant autoportrait, en trois fugues. Celle de sa mère, Nicole Courtois, à l’âge de dix-huit ans. La sienne, lorsqu’il avait quinze ans, pendant un séjour en Guadeloupe avec son père Jacques Higelin, dans la maison de Coluche. Et la dernière fugue de Bach, laissée inachevée : L’Art de la fugue.

1 Commentaire 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

4 étoiles

Par .

Installé dans sa roulotte, Arthur H s’attelle au difficile déchiffrage de "L’art de la fugue", de Bach.
Une lueur étrange apparaît, se précise, c’est Bach lui-même qui entreprend un dialogue avec Arthur. Apparition qui reviendra plusieurs fois.
Complètement savoureux ces dialogues ! Toute la fantaisie d’Arthur H.
Et dans ces conversations, on parle de fugues. Celles de Bach, bien sûr, mais aussi celle de Nicole, la maman d’Arthur, le jour de ses 18 ans. Et celle d’Arthur, à 15 ans.
L’auteur se livre complètement, raconte par le menu ces fugues familiales.
Et là, il le fait très sérieusement.
En même temps il rend un hommage plein d’amour à sa mère, la « boxeuse amoureuse ».
J’adore Arthur H.
Sa sensibilité, sa fragilité, sa folie, sa profondeur, son humour, son immense talent musical, sa voix sensuelle.
Chaque moment passé à l’écouter est un véritable moment de bonheur.
Le voir sur scène, je ne trouve même pas les mots pour expliquer l’émotion que ça procure.
Le lire, encore un autre privilège.
Arthur H, comme Barbara fait partie de ma vie. Je ne pourrais pas m’en passer.