Le cahier de recettes
EAN13 : 9782234085831
ISBN :978-2-234-08583-1
Éditeur :Stock
Date Parution :
Collection :Hors collection littérature française
Nombre de pages :215
Dimensions : 22 x 13 x 1 cm
Poids : 266 g
Langue : français

Le cahier de recettes

De

Vendu par La Boîte de Pandore (Lons-le Saunier 39000)

18.00€
Monsieur Henri, le charismatique patron du restaurant le Relais fleuri, s’est toujours opposé sans explication à ce que son fils Julien devienne cuisinier. Quand il sombre dans le coma, Julien n’a plus qu’une obsession : retrouver le cahier où, depuis son enfance, il a vu son père consigner ses recettes et ses tours de main. Il découvre alors d’autres secrets et comprend pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot. Avec ce roman, Jacky Durand nous offre le magnifique portrait d’un homme pour qui la cuisine est plus qu’un métier : le plaisir quotidien du partage et l’art de traverser les épreuves. Une tendre déclaration d’amour filial, une histoire de transmission et de secrets, où, à chaque page, l’écriture sensuelle de l’auteur nous met l’eau à la bouche.

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

"On aime comme on peut"

5 étoiles

Par .

C’est Julien, il doit avoir la trentaine, qui raconte l’histoire. Julien c’est
le fils. Henri, c’est le père. Mitron dans sa jeunesse, il reprend, à son
retour de la guerre d’Algérie, un café restaurant en face de la gare d’une
petite ville de province qu’on imagine en Franche Comté. Lulu, un compagnon de
régiment qui a servi sous ses ordres, est de la partie. Et c’est ainsi que
naît _Le Relais fleuri_ restaurant sans prétention où l’on mange une cuisine
franche, savoureuse et généreuse qui ressemble au patron. Au fil des pages, on
se laisse prendre par des odeurs de vol au vent, de pâté en croûte, de frites
maison, de gougères, d’escalopes panées croustillantes, de civet ou de
brioche, que Julien décrit avec gourmandise, lui qui rêve de devenir cuisinier
comme son père. Mais Henri, ne l’entend pas de cette oreille. Pas du tout.
Lui, rêve pour son fils d’une vie meilleure grâce à de « bonnes études » comme
disent ceux qui n’en n’ont pas faites.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u