Rayon :

La splendeur des Brunhoff
EAN13 : 9782213704821
ISBN :978-2-213-70482-1
Éditeur :Fayard
Date Parution :
Collection :Documents
Nombre de pages :380
Dimensions : 24 x 15 x 2 cm
Poids : 630 g
Langue : français

La splendeur des Brunhoff

De

Des Brunhoff, l’histoire a surtout retenu deux noms  : celui de Jean, le génial créateur de  Babar dans les années  1930, et celui de son fils, Laurent, qui fera du roi des éléphants un des personnages les plus célèbres de la littérature enfantine.

Si Jean se tenait hors du tumulte du monde, il en allait tout autrement pour les autres membres d’une famille qui a marqué son temps. Son frère Michel et son beau-frère Lucien Vogel furent à la pointe dans la presse, l’édition, la mode, la photographie ou encore l’art moderne. Ces éditeurs de génie ont créé les premières revues de mode au croisement de tous les arts  :  La Gazette du bon ton,  Le Jardin des modes,  Vogue  – dont Cosette, l’épouse de Lucien, sera la première rédactrice en chef – mais aussi  Vu, l’illustre magazine de photoreportage, le premier à publier des photographies de camps de concentration. Guillaume Apollinaire, Pablo Picasso, Lee Miller, Salvador Dalí, Robert Capa, Jean Cocteau et tant d’autres ont tous participé, à un moment de leur carrière, à ces revues.

Innovants dans les arts, les Brunhoff furent aux avant-postes de la lutte contre le fascisme durant toute la tragédie européenne, à l’image de Marie-Claude Vogel, future Vaillant-Couturier, héroïne bouleversante de la Résistance. De la Belle Époque jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la famille de  Babar  a traversé les tempêtes avec le panache des grands explorateurs de notre temps.

Pour écrire la saga inouïe de cette famille de talent, Yseult Williams a eu accès à des archives familiales inédites et s’est entretenue notamment avec Marion de Brunhoff, la fille de Michel, avec Mathieu, le fils de Jean, et avec Thomas Ginsburger, le fils de Marie-Claude Vaillant-Couturier.

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Paris était une fête

5 étoiles

Par .

« 20 janvier 2017. Ce jour-là, rue Monsieur, dans le 7e arrondissement de Paris, j’ai vu danser les plus beaux fantômes des années trente. Christian Dior ajustait le pli d’une robe, Lee Miller, insolente de beauté, posait dans le studio de Vogue, tandis que dans son atelier des bords de Marne, Jean de Brunhoff fignolait une couverture de Babar. Nous venions de quitter quelques instants plus tôt, le bal de la comtesse de Noailles où Jean Cocteau et Gabrielle Chanel riaient aux éclats. » Dès les premières lignes, nous sommes au parfum. Yseult Williams va nous embarquer dans une époque –les années trente- à la découverte d’une famille exceptionnelle -les Brunhoff.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u