Unité 8200

Unité 8200

De Dov Alfon
Traduit par Françoise Bouillot
En stock, expédié demain En stock, expédié demain 21,00 €
dimanche 21 avril 2019 5 étoiles

Israël est une terre fertile pour les bonnes fictions d’espionnage. Le filon
s’est déjà largement exporté au travers de séries télévisées telles que «
Hatufim » (2010) - dont s’est inspiré « Homeland » - ou plus récemment «
Hostages » (2013) et « Fauda » (2015). Il se transpose aussi facilement à
l’écrit, comme le démontre Dov Alfon avec son premier roman, « Unité 8200 ».
Ce quinquagénaire francophone, né en Tunisie, est un journaliste aguerri,
correspondant à Paris de l’excellent quotidien israélien Haaretz. Il a aussi
été, dans une vie antérieure, officier dans les services secrets.

Un pied dans l’écriture, un autre dans la chose militaire, avec l’actualité
politique pour trait d’union. Un parcours qui résume peut-être pourquoi, plus
généralement, les Israéliens sont à l’aise avec cette matière. Au sein d’une
nation aussi pénétrée du souci de sa sécurité et de la défense de ses
frontières, le renseignement est une activité vitale et assumée. Et sur le CV,
une ligne qui n’a rien de honteuse. Connaître ainsi le système de l’intérieur
permet d’être précis et crédible quand on en parle. Ce qui n’interdit pas d’y
mettre de la distance.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


La Femme aux Cheveux roux

La Femme aux Cheveux roux

De Orhan Pamuk
Traduit par Valérie Gay-Aksoy
En stock, expédié demain En stock, expédié demain 21,00 €
dimanche 21 avril 2019 5 étoiles

Resserré, s’abreuvant à la source des mythes, « La Femme aux cheveux roux »
est un roman d’apprentissage dans la Turquie contemporaine (1985-2015), doté
d’un héros confronté aux questions qui tiraillent son pays, et détenteur d’un
passé ineffaçable. Grâce au talent de conteur d’Orhan Pamuk, on passe un
excellent moment de lecture.

**L’apprenti puisatier**

Après le départ brutal de son père, Cem et sa mère voient leur train de vie
drastiquement réduit. Malgré son emploi dans une librairie, le lycéen
stambouliote aura du mal à payer ses cours d’entrée à l’université, aussi,
l’été de ses dix-sept ans, il accepte de travailler pour un puisatier sur un
chantier à Ongören, bourgade située à plusieurs kilomètres d’Istanbul. Mais le
creusement du puits s’avère plus difficile et plus long que prévu, malgré
l’acharnement de Mahmut le puisatier. Après leur journée de labeur, Cem et son
maître prennent l’habitude de se rendre au centre d’Ongören, où une troupe de
théâtre marxiste a dressé son chapiteau. Cem découvre l’alcool, le théâtre et
l’amour avec une comédienne rousse plus âgée que lui. Cet été-là, il se
transforme sous l’œil paternel et vigilant de Mahmut qui lui enseigne le
métier, lui raconte des histoires et des légendes, tout en le mettant en garde
contre les tentations.

**De père en fils**

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


La Saison Des Feux

La saison des feux

De Celeste NG
En stock, expédié demain En stock, expédié demain 8,10 €
dimanche 14 avril 2019 5 étoiles

Dans ce deuxième roman, Celeste Ng continue à détourner les codes du polar
pour ausculter la société américaine, et particulièrement le cercle très fermé
des adolescents. L'histoire tourne autour de deux familles : l'une
traditionnelle, les Richardson, avec père, mère et quatre enfants ; l'autre,
les Warren, plus réduite formée d'une mère et sa fille. Mia Warren, une
photographe de talent, fait le ménage chez les Richardson en échange de la
jouissance de sa petite maison. Voilà qui ne simplifie par les choses entre
les enfants. Le roman débute avec une Elena Richardson en chemise de nuit
devant sa maison en feu, tandis que Mia et Pearl quittent la ville en voiture.
Y a-t-il un lien entre ces deux événements ? Celeste Ng remonte le temps pour
comprendre ce qui s'est passé. C'est passionnant, très finement observé. Et
meilleur encore que son livre précédent, " Tout ce qu'on ne s'est jamais dit "

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


La punition qu'elle mérite

La punition qu'elle mérite

De Elizabeth George
En stock, expédié demain En stock, expédié demain 23,50 €
dimanche 14 avril 2019 5 étoiles

Elizabeth George a détrôné toutes les autres reines du crime, un comble pour
une Américaine. Mais si elle vit aux Etats-Unis, c’est en Angleterre qu’elle
puise l’inspiration pour ses personnages british en diable et représentant
tout un éventail de classes sociales, mais aussi pour ses intrigues
sophistiquées, retorses, imprévisibles.

Lorsque je suis tombée par hasard sur son premier roman, « Enquête dans le
brouillard », c’était au siècle dernier, on ne précisera pas l’année, et j’ai
su immédiatement que j’allais adorer cette auteure, et plus encore ses
personnages : son lord, le si délicat Thomas Lynley, Barbara Havers, brute de
décoffrage mais qui ne lâche jamais l’affaire, Simon, Deborah, Helen. Autant
de compagnons que je retrouvais avec joie tous les deux ou trois ans. J’en ai
voulu à la romancière lorsqu’elle a décidé de tuer Helen et de transformer
Lynley en zombie inconsolable ! Et s’il a fallu du temps au veuf pour se
consoler, il m’en a fallu autant pour pardonner à la coupable ce crime de
lèse-majesté.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


A Ton Age

A ton age

De Séverine Assous, Carole Fives
En stock, expédié demain En stock, expédié demain 13,90 €
dimanche 14 avril 2019 5 étoiles

« À ton âge, j’étais champion du monde de Kapla », « je mangeais mes cinq
fruits et légumes par jour et j’adorais ça ! » : les mots de ce grand-père
pour son petit garçon sont percutants. En faisant allusion à son enfance
rocambolesque, il fait apparaître pour l’enfant-lecteur une époque qu’il n’a
jamais connue, pas si lointaine pourtant, au cœur de laquelle ne trônent ni
télévision, ni tablette… Où l’on mange des fruits dans les arbres, où l’on se
réveille au chant du coq, où l’on est surtout très autonome « à ton âge, moi
je me lavais tout seul », et où l’on s’amuse pendant des heures aux jeux de
construction. Douze scènes de la vie quotidienne, qui s’étalent sur de
doubles-pages illustrées, où texte et illustrations – colorées, fantaisistes,
fourmillantes de détails - se côtoient et se mélangent, parfois comme des
calligrammes.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u