Rayon :

Villa des femmes
EAN13 : 9782757861899
Dimensions : 18 x 11 x 1 cm
Poids : 140 g

Villa des femmes

Majdalani, Charif

Points

Skandar Hayek, riche négociant en tissu, règne sur son usine et sa famille. Le jour où il s’effondre au beau milieu de ses ouvriers, c’est tout un empire qui s’écroule avec lui. Alors que de sombres nuages s’avancent sur le Liban en ce milieu des années 1960, la succession de Skandar fait elle aussi des vagues : son acariâtre sœur Mado, son épouse Marie et sa fille chérie Karine s’entredéchirent pour tenir les rênes du domaine, tandis que Noula, le fils aîné et vaniteux, fait péricliter l’usine par des dépenses vaines. Seul Hareth, le cadet, semble pouvoir redresser la barre.

Charif Majdalani est né au Liban en 1960. Il enseigne les lettres françaises à l'université Saint-Joseph de Beyrouth. Il est l'auteur d'Histoire de la grande maison, Caravansérail et Le Dernier Seigneur de Marsad disponibles en Points.

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Une saga poétique

5 étoiles

Par .

L’œuvre romanesque que Charif Majdalani, écrivain libanais francophone, a entreprise dans les années 2000, culmine avec _Villa des femmes_, où les motifs de ses précédents romans se font écho, telle une mosaïque patiemment composée. La grande famille libanaise en constitue le centre.

A Ayn Chir, non loin de Beyrouth, le nom des Hayek force l’estime et l’admiration. Cette dynastie chrétienne a bâti son empire sur la fabrication et le commerce du tissu. Skandar Hayek se montre digne de cet héritage et dirige son patrimoine en grand seigneur. Emblème de ce succès, sa maison, dont le linge qui sèche sur le toit claque comme un étendard ; elle résonne des querelles entre sa femme Marie et sa sœur Mado, des rires des domestiques, et ses trois enfants y vivent à l’heure de l’insouciance. En ce début des années 1970, rien ne semble pouvoir troubler la sérénité ni l’ascension des Hayek, mais la mort soudaine de Skandar va précipiter les personnages dans un chaos redoublé par la guerre civile.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u